Noël des enfants aiguèzois le dimanche 14 Décembre

Papa Noël a écrit aux "Souriceaux Intellos" organisateur du Noël des enfants. Pour connaître les détails de cette journée,voici sa lettre :


Préparations du marché de Noël


TOUT LE MONDE met la main à la pâte ...du renne
Le marché de Noël qui aura lieu cette année le dimanche 7 Décembre crée toute une effervescence dans le village.
Les décorations se préparent sous «les ordres» d’Annie et de Salud ; l'association «Cultures et Loisirs» met en place les barnums ; Jean-Pierre et Patrick, nos employés municipaux installent les affiches ; Alexandra notre secrétaire contacte les derniers maraîchers ; le Père Noël préparent ses cordes pour descendre du clocher ; Béatrice classe les lots pour les petits jeux du Téléthon...
Et puis, quand tombe la nuit, la salle du conseil s’éclaire pour des réunions où se règlent les derniers détails...

Cette année, quelques changements :
- les retrouvailles avec la descente du clocher par Papa Noël qui avait été instaurée à la demande de Yoan, Yann et Cédric (une petite pensée pour Yoan) et qui émerveillait les enfants attendant patiemment les douze coups de midi ;
- les jeux en bois gratuits pour enfants et financés par l’association «Culture et Loisirs» ;
- une sélection plus rigoureuse des maraîchers et des produits proposés (même s’il faut accepter pour le coup, de mettre en avant la qualité plus que la quantité et de parier sur les effets de ce choix pour les années à venir).

Vous l’aurez donc compris : c’est sous le signe de l’enfant, de l’artisanat et du produit de qualité que se déroulera notre marché de Noël 2014...

Marché de Noël et l'Art


Yvette Grimaud, résidente aiguèzoise et peintre exposera ses toiles, ses oeuvres lors du marché de Noël du dimanche 7 Décembre. Elle s'ajoute ainsi à la liste de nos artisans/artistes locaux ; à nos peintres et sculpteurs comme De Traxel ou Alain Maillet ( dont la galeirie sera également ouverte ce jour là) qui honorent notre village de leur pinceau, de leur art...

Conteneur à vêtements

Déplacement du conteneur à vêtements sur la place du portail haut.

Sylvain CHABOT a déplacé le conteneur à vêtements, non sans quelques petits problèmes de stabilité car la bête est imposante.
Son action nous permet de récupérer une place de stationnement sur le parking du lavoir et de mettre en discrétion les conteneurs d’emballages vides de ce même parking.
Pour rappel, le dépôt d’objets en tous genres au pied des conteneurs n’est pas du meilleur effet (pour exemple un bidon de pétrole déposé au pied des conteneurs). Merci aux indélicats de respecter les quelques recommandations suivantes.

Si les différents objets dont nous voulons nous débarrasser n’entrent pas dans le scope du recyclage des ordures ménagères, des verres des vêtements ou des emballages vides, la déchetterie répond tout à fait à notre besoin. A charge pour chacun d’entre nous d’y aller remettre ses encombrants.

Vous pouvez cliquer sur le lien suivant http://www.lafibredutri.fr/home pour avoir quelques informations complémentaires sur le recyclage de nos vêtements.







Marché de Noël le 7 décembre

Notre marché de Noël aura lieu le dimanche 7 décembre. Ainsi, le père Noël aura l'occasion de poser ses bottes et sa hotte dans un des plus beaux villages de France au bord des gorges de l’Ardèche.
Nous pourrons nous promener parmi les stands de produits artisanaux et produits locaux posés sur les petites placettes. L'association "Culture et loisirs" proposera breuvage, restauration festive et crêpes... Un stand Téléthon proposera petits jeux et petits lots... Quelques associations exposeront également, comme les collègiens de Pont-Saint-Esprit qui animeront un atelier de jonglage.
Côté enfant,non loin du manège, des jeux en bois gratuits pourront ravir des plus petits aux plus âgés des enfants qui pourront, s'ils le souhaitent, être maquillés dans notre petite cabane. Et tout cela sous la mélodie d’un orgue de barbarie…
MAIS ATTENTION, non loin de là, le père Noël veillera et c'est par le clocher qu'il descendra  à 12 h pile; à la fin du tintement des cloches...

Histoire de donjon 6


Nous avons fait appel à un cabinet d’expertise pour connaître les risques que représentait la fissure du bloc d’assise du donjon.
Avec les éléments transmis, le bureau d’étude a envisagé une solution de réparation qui a été retenue par le conseil municipal.
Après des essais mécaniques sur la roche de l’éperon, les travaux ont débuté dès les premiers jours de novembre.
Au cours de ces travaux, plusieurs problèmes sont apparus :
- il  a été constaté que le bloc inférieur avait débuté (depuis un temps indéterminé) un déplacement en translation vers le bas de 05 cm ;
- la qualité de la roche côté village est de qualité médiocre. En cas de percement, la zone fortement altérée sur une vingtaine de centimètre de profondeur risque de se détacher et tomber sur les habitations.
Ces constats amènent le bureau d’étude et l’entreprise à envisager différemment les travaux.
La solution initiale prévoyait un percement de l’ensemble à 6 reprises avec positionnement de platines ainsi que le positionnement d’une béquille à la base des blocs.
La nouvelle solution évite le percement complet de l’éperon et les aléas cités précédemment.
Pour obtenir les mêmes garanties et faire face aux contraintes mécaniques qui peuvent s’exercer il est obligatoire de ligaturer les blocs sur l’éperon en complément de la béquille positionnée à la base.  Quatre câbles seront positionnés pour assurer le maintien des 2 blocs.
Des injections à base de Durabat (ciment colle spécial) seront réalisées dans les diaclases et interstices pour protéger des infiltrations d’eau et renforcer l’action des éléments en métal. Un projeté de finition à base d’enduit hydrofuge sera réalisé en fin d’intervention pour masquer au mieux les éléments métalliques et les câbles (il faudra toutefois laisser au temps le soin de patiner ces projections et permettre la repousse de lichens pour retrouver un aspect proche de l’initial).
Nous suivons au quotidien les travaux et cherchons à solutionner au mieux les problèmes pour sauvegarder le donjon et conserver l’image du village.

A noter que les modifications apportées devraient rester dans l’enveloppe financière initialement prévue.

Vue côté Nord

Vue côté sud

Scellement des barres de maintien pour la mise en place des câbles

Vue d'ensemble

Les 4 points d'encrage des câbles (côté droit du bloc)

Préparation du téléthon pour le marché de Noël

Dans le cadre du marché de Noël du dimanche 7 Décembre et pour mener à bien son fil rouge, Béatrice Chauvin demande à tous de lui faire passer des petits lots pour son jeu de dés. Vous pouvez lui remettre en main propre ou alors le déposer en mairie et ce, avant le week-end du 30 Novembre. Merci d'avance.

Après les vendanges : la dégustation des primeurs




Nous l'avons déjà dit : l'agriculture ,et la viticulture en particulier, fait partie des richesses et du patrimoine de notre village. Après avoir vendangé, nos "professionnels des côtes du Rhône" locaux s'apprêtent à faire goûter déguster leur primeur.
C'est le cas pour la Tour Paradis qui ouvre ses portes le samedi 22 et dimanche 23 Novembre dans le cadre de la "Balade du primeur" organisée par l'association des Côtes du Rhônes - rive droite (http://www.labaladeduprimeur.com/).
La famille Chabot vous concocte pour l'occasion un acceuil particulier et gourmand (voir l'affiche)
Pour le domaine de la Mazade (famille Marron) ou la cave coopérative de Saint-Julien de Peyrolas  (Pascal Baume et Jean-Claude Dufour...), il n'y a pas de date spéciale primeur à notre connaissance. Mais pour sûr vous pouvez taper à ses portes pour vous griser avec un petit rouge, un petit blanc...un tit rosé avec modération (pour le politiquement correct...).

Vente de sapin de Noël par l'APE

Message de l'association des parents d'élèves de l'école de saint-Julien de peyrolas :

"Nous vous proposons votre sapin de Noël coupé de 1 ier choix, de variété NORDMAN en direct du producteur de l’Ardèche.
Ils gardent leurs aiguilles pendant plusieurs semaines. Chaque sapin est livré emballé avec un filet et coupé juste quelques jours avant.
La vente est ouverte à tous : parents / famille / amis / Etc… Partagez l’information
Les commandes sont à retourner avant le 21 novembre avec votre règlement à l’école ou à un membre de l’APE. Bon de commande auprès de l'APE ou à la mairie de Saint-Julien de Peyrolas.
La livraison s’effectuera le jeudi 4 décembre 2014 à partir de 16H00 (lieux à préciser)
Pour toutes questions contacter : Franck ROLLET 06.72.95.35.27"
Vente Sapin

Châtaignes mouillées...châtaignes grillées

Sous un temps à ne pas sortir un chien dehors, nous avons tout de même trouvé le moyen de faire griller "au sec" les châtaignes pour cette première castagnade de la municipalité afin de nous réchauffer entre aiguèzois pendant la saison hivernale.
Une trentaine d'habitants sont tout de même venus décortiquer la castagne, grignoter un grain de raisin,croquer une mandarine, boire un café ou une boisson chère aux côtes du Rhône...
Certains sont restés par la suite, pour croiser le fer lors de belotes enragées...
C'est Maurice Crozet, le producteur/vendeur de châtaignes de "La grange" qui nous a offert généreusement ces fruits venus d'Ardèche et du village de Ferrat, Entraigues au dessus de Vals. Merci à lui.






















Gestion des eaux de pluie


Les eaux de pluie sont récupérées par certains pour faire des économies …. , ils ont bien raison.

Pour la municipalité ces eaux pourtant tombées du ciel présentent de réels problèmes :
- Problèmes de canalisation dans les chemins, les rues et la place du village,
- Problèmes de dégâts aux mêmes installations et chez les particuliers,
- Problèmes financiers.
S’il n’est pas envisageable de limiter les précipitations (heureusement !!!), il est logique que des travaux soient entrepris pour les problèmes évoqués.

En ce qui concerne les canalisations et les dégâts, des travaux ont été engagés et d’autres suivront.

Pour les problèmes financiers, la mairie doit faire en sorte que les particuliers appliquent la loi pour limiter les frais que nous payons tous. Dans le village, le réseau de traitement des eaux ne doit pas recevoir les eaux de pluie  émanant des toitures, terrasses et piscines.
La seule journée du 5 novembre 2014, 220 m3 d’eau de pluie ont été déversés à la station de traitement de Saint Julien de Peyrolas par notre commune (relevé compteur). Ce volume d’eau à traiter correspond à un coût de 185 € pour une seule journée. Avec l’automne pluvieux que nous avons et le cumul des précipitations annuelles (770 mm en 2013) il est facile d’imaginer les économies que nous pourrions faire réaliser à tous.

Afin de travailler dans l’intérêt commun – et de laisser du temps aux particuliers – la commune effectuera une démarche approfondie au printemps prochain pour limiter les rejets d’eaux de pluie dans les canalisations d’eaux à traiter.









Location hangar blanchisserie


Réalisation des sanitaires
Le hangar de la blanchisserie, dans lequel la municipalité a fait des travaux de valorisation avec l’alimentation en eau – électricité et la réalisation d’un espace sanitaires, vient d’être loué.
Les locataires, de jeunes gens ayant la volonté de développer un organisme de création de décors pour manifestations événementielles, ont pris possession des lieux le 10 novembre. La location porte sur le hangar lui-même ainsi que sur le terrain jouxtant le hangar au sud. Le terrain sera clôturé par les locataires afin de faciliter l’exploitation des lieux.

Le montant du loyer a été fixé par la municipalité à 650 € hors charges (eau – électricité – OM). Ce loyer permettra dans un premier temps de compenser les frais engagés (18000 €), puis de poursuivre
 la valorisation de l’espace Blanchisserie.

Intérieur des sanitaires


Poésie d'aiguèzois ou d'anonymes...

LE CHEMIN MULETIER

Merci d’être venu
Connaître nos villages
Bientôt une avenue
Laissera son sillage

Le chemin muletier
Sera route d’autos
Le si joli sentier
Sera piste à motos

Lorsque la poésie
Sentira le pétrole
Les lieux que tu choisis
N’auront plus d’auréoles


Un auteur anonyme



CHEZ NOUS
Chez Nous ! Ces deux mots là, à peine on les murmure
Qu’ils prennent avec nous le chemin de retour,
Après avoir ouvert la prison où s’emmure
Un cœur resté fidèle à son premier amour.

Chez Nous ! C’est la garrigue en jupe de lavande,
Les mots ensoleillés qu’on dit avec l’accent,
C’est l’olive, le miel, la vigne et l’amande,
C’est Frédéric Mistral, le poète occitan.

Chez Nous ! C’est le terril, la plaine dénudée,
L’ombre de Germinal au dessus des corons,
La sauvage rumeur d’une salle enfumée
Où les grands coqs sanglants mêlent leurs éperons.


Chez Nous ! humble clocher, altère cathédrale,
Peu importe pourvu qu’on s’y sente chez soi,
Fier d’être ce morceau de l’étoffe ancestrale,
Fil d’aujourd’hui mêlé aux laines d’autrefois.

Terre que l’on trahit au jour d’adolescence,
Quand on s’en va poursuivre ailleurs des rêves fous,
Pressés d’abandonner ce que fut notre enfance,
Pour quelque chimérique et lointain rendez-vous

Mais quand la roue du temps soudain tourne plus vite,
Quand le, rêve s’estompe et manque au rendez-vous,
Sans le moindre regret des choses que l’on quitte
On rebrousse chemin et l’on rentre « Chez Nous »

L'ampoule et le robinet à Aiguèze...pas si longtemps que cela

Béatrice Chauvin, dans le cadre de la page "Souvenirs et Anecdotes" du Bulletin Municipal, s'est renseignée et a recueilli quelques témoignages pour nous parler de l'apparition de l'électricité et des robinets dans notre village...il n'y a pas si longtemps que ça... Découvrez

Quelques flocons de neige et nous voici bloqués ! Un orage…. et la panne d'électricité nous est fatale ! Ces évènements nous montrent combien nous sommes asservis et dépendants des techniques, combien un grain de sable crée une situation catastrophique.
Qu'en diraient nos grands parents qui ne pouvaient compter que sur eux-mêmes pour faire face au déchaînement des éléments ? Car eux  étaient capables de tenir un siège et ne se laissaient pas démoraliser par une couche de neige ou une rafale de vent.








Quand l’électricité remplace le pétrole :

                            La fée Electricité

Outre le feu qui éclairait souvent les maisons le soir à la veillée, on possédait des lampes alimentées par du pétrole, des caleù  (lampe suspendue  à huile ou à pétrole) et des bougies qu'on achetait au colporteur et qu'on faisait brûler avec parcimonie.





Notre village a vu s’allumer les premières lampes électriques le 20 mars 1930, en fin de matinée

Imaginons le premier soir autour de la table :
-       C’est sûr que ça ne marchera pas… elle ne s’allumera jamais cette ampoule
Alors, on a attendu autour de la table de la cuisine juste sous l’ampoule éteinte
Soudain la lumière est arrivée. On voyait comme en plein jour. Tout le monde a fait « Oh ! ».
Après on a mangé la brioche pour fêter l’arrivée de l’électricité



 
 











Pour l’histoire, l’arrivée de l’éclairage électrique si elle a été mal vécue par les compagnies délivrant l’huile, le pétrole et le gaz d’éclairage l’a été aussi par la population car tout le monde voulait la courant électrique mais personne ne voulait les poteaux et les fils !....

Et  l’eau courante au robinet, me direz-vous ?
Aujourd’hui, rien de plus cool : « Pour avoir de l’eau, c’est facile, il suffit d’ouvrir le robinet. »
 Et pourtant, il n’y a pas si longtemps,…  la majorité des fermes et des maisons possédaient un puits … il suffisait d’accrocher le seau à la chaîne du puits, de tourner la manivelle pour le descendre vide et le remonter plein…. sinon il y avait la pompe à main
Alors quand cette eau « servie à domicile » le fut elle pour tous les aiguèzois et aiguèzoises? il n’y a pas si longtemps… en 1962
Pour la petite histoire : pourquoi dit-on eau courante : En hiver, on ne fermait pas complètement le robinet.
L'eau coulait en permanence et cela lui évitait de geler : d'où le nom usuel d'eau 'courante'

Et d’où venait cet eau qui alimentait la Fontaine St Roch, le lavoir me direz-vous ?
Ce n’est pas sorcier : de la source … quelle source ?... de la source de Combasachier à la Roquette : cette eau acheminée via une canalisation et une citerne alimentait le village…
Pour la petite histoire, un jour… plus d’eau… que se passait-il ? ce n’était pas une histoire de sécheresse, donc , on rechercha la fuite, … rien… on ne trouvait rien… et pour cause… l’eau fuyait dans de l’eau !… quelqu’un avait tout simplement percé la canalisation au niveau de sa traversée de l’Aiguèze….

Et la lessive me direz-vous ?
Aiguèze  surplombant l’Ardèche, les femmes y faisaient leur lessive en cas de pénurie d’eau au village, sinon elle se rendait, avec leur faix de linge au lavoir. Ce lavoir fait partie maintenant de notre patrimoine. Restauré, entretenu, il sert d’attraction touristique. Mais que d’engelures, de maux de reins et de rhumatismes ont attrapés nos « lavandières » à plonger leur linge dans ces eaux froides, par tous les temps.
Le lavoir de l’Ardèche comme le lavoir du village étaient certes un lieu de lessive, de savons qui glissent et qu’il faut rechercher dans l’eau froide, de vent qui gifle le visage, de nez qui coule,  mais aussi un espace public, rempli de ménagères qui tout en frottant, infatigables, bavardaient à bâtons rompus, gloussaient, se chamaillaient presque pour raconter les derniers potins, riaient ( je suis sûre que l’on devait les entendre de rire de la route noire !), mais aussi un lieu de solidarité(ne serait-ce que pour tordre le linge à deux en sens inverse), en un mot un lieu de vie réservée aux femmes, une sorte de double du café du village pour les hommes !
Au fond, on n’était pas très loin du fameux "Ca c'est ben vrai ça !! !" de la Mére Denis ventant les mérites de la Machine à laver dans les années 80 !!


Béatrice CHAUVIN