Fanny croque du pain....

Il est 8h ce vendredi... Avant d'aller au travail, je passe devant le boulodrome, non loin de la sculpture de Fanny (chère à nos boulistes) et une présence se fait entendre. Celle d'Alexandre qui place ses paniers en osier où nichent comme dans un nid douillet ses pains au levain, ses brioches aux pralines ... Une odeur, une senteur, un souvenir d'authenticité...

La "P'tite Boulange" implantée à Aiguèze, à la Blanchisserie plus précisément, nous attend de 8h à 10h tous les vendredis matin. On doit s'en féliciter pour trois raisons : la première c'est qu'elle nous permet d'avoir un point de vente chaque semaine toute l'année sur place ; la deuxième c'est que c'est une entreprise Aiguèzoise qui dynamise encore plus (avec les autres) le quartier de la blanchisserie ; enfin parce qu'Alexandre nous propose un artisanat authentique, sans fioriture, naturel, du "manger-vrai" et nous réconcilie ainsi avec les plaisirs simples de la vie.

Ses choix semblent être mûrement réfléchis, ses farines sélectionnées avec soin : Les farines proviennent des moulins biologiques de Saint Joseph à Grans, du moulin du Trieve dans le Vercors et du domaine des mures à Bourg Saint Andéol pour la variété ancienne de blé. 

Voici son agenda de tournées :

Mardi à Carsan de 15h 30 à 18h30
Jeudi matin au marché de Saint Marcel 8h 12h
Jeudi aprem à Carsan de 15h 30 à 18h30
Vendredi matin à Aigueze de 8h a 10h
Vendredi après-midi à la cave coopérative de Bourg-Saint-Andéol de 15h a 17h

Voici son lien facebook (car authenticité rime avec modernité) :   https://www.facebook.com/laptiteboulangedalex07/

La vie ... c'est bon comme du bon pain...

















Prochain conseil municipal le 22 Novembre 2017 20h

Sujets à l'ordre du jour :

⦁ Porter à connaissance  de la lettre adressée par le premier ministre aux maires de France,
⦁ Différend avec la préfecture concernant l’autorisation d’aménager accordée au camping des cigales,
⦁ Délibération pour la demande de concours du receveur principal, attribution d’indemnité et modification éventuelle du taux accordé au titre de l’année 2016,
⦁ Délibération pour la réalisation d’une coupe affouagère en 2018, sur la parcelle n°12 de la forêt communale, au lieu-dit grange de Meisselle, pour une contenance de 5 ha,
⦁ Délibération sur le régime indemnitaire du personnel,
⦁ Vote du taux d’attribution de l’indemnité d’administration et de technicité pour le personnel,
⦁ Réflexion sur d’éventuels travaux 2018 subventionnés au titre des amendes de police,
⦁ Réflexion sur l’opportunité d’une révision partielle du PLU en 2018,
⦁ Réflexion sur l’opportunité de réalisation, en partenariat, d’une aire aménagée de camping-car,
⦁ Etude de la liste des personnes non assujetties au paiement de la taxe OM,
⦁ Campagne de capture et de traitement des chats errants, intervention sur un nid de frelons asiatiques,
⦁ Occupation à des fins personnelles du domaine public,
⦁ Bilan des animations, prévisionnel 2018,
Points divers.



1917...2017

Lors de la commémoration du 11 Novembre, la municipalité s'est félicitée du nombre de citoyens qui se sont déplacés afin de rendre hommage à nos poilus.
En effet, les habitants aiguèzois, le conseil munipal, les adjoints, le maire, l'école de saint-Julien de Peyrolas (représentée ce jour par Julie Dibon, maîtresse des CM1 CM2) ainsi que les enfants et adolescents se sont rassemblés près du monument aux morts pour cette traditionnelle commémoration.
Aprés, le dépôt de fleurs par les plus petits, la Marseillaise,la lecture par les enfants de l'école d'une lettre d'un "poilu",l'appel aux morts, le discours du secrétaire général aux anciens combattants, le maire a tenu un discours qui avait pour but de nous questionner sur notre socièté, sur ces fléaux actuels et sur la nécessité de vivre ensemble. Tout cela sous le regard de notre porte drapeaux Jean-Paul Ventajol.
Ce moment s'est terminé par le verre de l'amitié sous l'olivier et sous le "regard" de la mairie portant les symbôles de la république. Nous remercions à cette occasion Alexandre PERRIER de la petite boulange (entreprise aiguèzoise) qui  nous a offert gracieusement ses pizzas.

Ci-après le discours du maire :


Mesdames et messieurs, chers amis Aiguèzois,

Il y a 100 ans, 1917.

Pour ne citer que quelques faits, une année marquée par :

Le 6 avril : le congrès américain vote l’entrée en guerre des Etats Unis au côté des alliés,

Le 16 avril : le début de la bataille tragique du Chemin des Dames,

Le 4 juin : le vote par la chambre de la poursuite de la guerre jusqu’à la restitution de l’Alsace et la Lorraine,

Encore une année sanglante et de nombreux sacrifices humains civils et militaires.

Il est naturel, que 100 ans après ce conflit nous ayons toujours des moments de recueillement, des moments de souvenir pour honorer nos ainés qui souvent au sacrifice de leur vie et de leurs meilleures années ont permis à la France de devenir un pays de liberté.

Tous les combattants de ce conflit sont aujourd’hui disparus. La grande guerre est passée dans la mémoire de l’histoire.



100 ans après, alors que des millions d’hommes et de femmes se sont sacrifiés pour un idéal,

Même si la vie pourrait être encore meilleure, si tout ne va pas trop mal pour la très grande majorité de nos concitoyens, si nous vivons dans un pays libre, si nous pouvons nous exprimer,

100 ans après, il parait important de s’interroger :

POURQUOI ?

Pourquoi des hommes continuent à se déchirer au nom de religions qui pourtant prêchent l’amour et la paix,

Pourquoi des hommes tuent des innocents par des actes lâches lors d’attentats terroristes ?

Pourquoi des hommes cherchent-ils par des moyens douteux à mettre en péril la vie sociale en profitant et en entretenant les doutes de certains ?

Pourquoi des hommes menacent la paix et la quiétude pour défendre leurs seuls intérêts ?

Pourquoi des peuples ou des communautés aspirent à l’indépendance, à l’autonomie, pourquoi d’autres comme les pieds noirs revendiquent un territoire ?

Pourquoi la une des médias est-elle consacrée à la naissance de bébés panda alors que des milliards d’êtres humains sont dans la misère et souffrent de faim ?

Pourquoi, alors que nous avons tous les moyens modernes de communiquer les choses deviennent-elles si compliquées, les échanges artificialisés,

Pourquoi la majorité des français ne se trouvent concernés que par leurs propres intérêts ?



Le pasteur Martin Niemöller évoquait la lâcheté des intellectuels allemands au moment de l’accession des nazis au pouvoir : «  quand ils sont venus arrêter les communistes, je n’ai rien dit ; quand ils sont venus arrêter les juifs, je n’ai rien dit ; aujourd’hui ils m’arrêtent et je ne comprends pas pourquoi personne ne dit rien ».



Peut-être est-il temps aujourd’hui de réfléchir à ce qui pourrait être le bon sens, de se poser les bonnes questions, de réagir, de définir où sont nos priorités pour vivre mieux encore.



Et comme je l’ai déjà évoqué l’année dernière les premières actions doivent débuter dans notre environnement immédiat, dans notre rue, dans notre village. Elles doivent contribuer à mieux vivre ensemble ; à accepter nos différences pour en faire une source de richesse.



Utopiste, peut-être, peut-être pas et je l’espère car il faut en toutes circonstances rester optimiste. Donneur de leçons, certainement pas car il faut rester réaliste et que chacun fasse avec ses idées et ses moyens.

A Aiguèze, nous avons la chance d’avoir un village et héritage exceptionnels, d’avoir de nombreuses associations dynamiques, d’avoir un maillage soudé de bénévoles qui ne comptent pas leur temps au service des autres. Tout cela, Toutes et tous, ils constituent le socle de départ du mieux vivre ensemble, un art de vivre qu’il faut développer pour nous et nos enfants, mais aussi pour honorer la mémoire de ceux qui nous ont précédé et ont sacrifié leur vie afin qu’aujourd’hui nous puissions vivre dans un tel monde.



Je vous demande pour terminer d’avoir une pensée pour tous les hommes et femmes, militaires et civils, qui sont engagés dans le monde pour défendre nos valeurs.



Vive la paix, vive la république, vive la France, et vive Aiguèze.



Aiguèze, le 11 novembre 2017.

















Décès de Madame Michèle LAVASTRE




« Pour nous toutes et tous : Michou ».

Nous apprenons avec beaucoup de tristesse le décès de Madame Michèle LAVASTRE le mardi 14 novembre 2017 au matin.

Michou est née à Aiguèze le 14 mai 1944, où ses parents étaient installés en tant que cultivateurs. Son papa, M. LUNEL était originaire de Lamotte-sur-Rhône ; sa maman, née GUIGUE était une Aiguèzoise du quartier de Piolenc.  Fille unique, elle a passé son enfance à Aiguèze où elle décide de fonder son foyer en épousant M. Calixte LAVASTRE le 19 mars 1963.
Avec Calixte, dont nous honorons la mémoire et qui nous a laissé tant de bons souvenirs, ils formeront un couple uni et attaché aux valeurs traditionnelles de nos campagnes. De leur union naîtrons 3 enfants, Olivier, Jean-Pierre et Christine, tous proches d’elle et qui sauront l’entourer tout au long de sa vie et notamment depuis le départ de Calixte le 27 décembre 2014. Michou et Calixte ont habité Aiguèze, Saint-Martin, Saint-Just, Lamotte avant de venir définitivement s’installer à Aiguèze.

Michou n’a pas été épargnée par la maladie, fatiguée depuis de nombreuses années elle a été récemment hospitalisée après avoir été victime d’un malaise. Plongée dans le coma depuis quelques jours elle s’est éteinte ce mardi 14 novembre pour rejoindre Calixte dans un autre monde.

Une page se tourne, une page qui nous rappelle les réalités de la vie et de notre passage sur terre. Michou, ton souvenir restera présent dans nos pensées. 

 Adessias Michou.

La population du village s’associe à la famille dans ces moments de peine, l’assure de son soutien et lui présente ses très sincères condoléances. 
La cérémonie religieuse aura lieu samedi 18 novembre à 10H00 dans notre église d'Aiguèze.

Alain Chenivesse pour la commune d’Aiguèze.